They lifted me into the sun again And packed my skull with cinnamon.

More about the artist 

Jason Dodge
They lifted me into the sun again and packed my skull with cinnamon

"They lifted me into the sun again and packed my skull with cinnamon" is an exhibition as an edition of six shown in six venues simultaneously during the last week of October and the first week of November. Participating venues include Gilles Drouault galerie/multiples (Paris), with More publishers with Gevaert Editions (Brussels), Guimaraes (Vienna), Akwa Ibom (Athens), Gern en Regalia (NYC),  and Galleria Franco Noero (Torino).

L'exposition commence par le fait que l'artiste n'est pas là, de toutes les façons différentes que "pas là" peut signifier. L'absence devient une composante de l'exposition, que le titre, emprunté à un poème de Thomas James intitulé "Mummy of a Lady Named Jemutesonekh XXI Dynasty", met encore en évidence. Le poème décrit la présence ultime de l'absence, la mort, comme un enchevêtrement complexe du corporel et du spirituel. Le narrateur décrit leur propre processus de momification, décrit de manière impartiale comme une méthode de vidange et de remplissage qui traite le corps comme un objet esthétique et artistique. Alors que dans les limites du poème, l'esprit reste essentiellement autonome, l'exposition de Dodge négocie une présence spirituelle, également autoritaire, qui implique activement les autres dans son devenir corporel. Un ensemble d'objets spécifiques : 20 publicités Bayer Aspirine, un dépliant sur les animaux disparus, des pétales de Marigold en vrac, des piles, des fourchettes et du tissu, ainsi qu'une liste d'achats trouvés, sont envoyés à chaque espace à installer en suivant les instructions envoyées électroniquement par l'artiste. Dans cet ensemble d'instructions se trouve la conversation, l'improvisation et l'accumulation, l'utilisation de différentes pratiques, d'autres corps et de touches, la poétique propre de l'exposition est animée par une série de choix qui s'apparentent à l'enchevêtrement du traducteur dans un poème. Dans chaque incarnation de cette exposition, Dodge a demandé à quelqu'un de réaliser l'installation en tant que substitut. La danseuse et chorégraphe Alix Eynaudi a composé une partition à suivre afin d'installer toutes les expositions. La partition traite de l'achat des articles énumérés dans la liste des courses et de leur déballage dans la salle ; les choses entendues d'abord comme des produits à consommer à l'intérieur du corps, à appliquer à l'extérieur du corps, et à nettoyer ce que le corps utilise. Sans rapport avec le hasard, mais ouvert à l'interprétation, ce spectacle s'appuie sur la précédente habitude de Dodge d'inviter des amis et des collègues à prêter des titres et des textes à ses expositions, mais inspire ici un mouvement plus libre dans une conversation avec les choses, une improvisation utilisant une partition partagée qui n'est pas conclue par une seule itération.